dimanche 9 novembre 2008

The empty shell

Vous connaissez cette sensation?
Quand vous avez passé tellement de temps à lire un livre, totalement pris par l'intrigue, les personnages, si absorbé dans votre lecture que quand vous lâchez enfin le bouquin, vous ne trouvez plus rien à faire?
Parce que, vous n'êtes pas vraiment là. Vous êtes comme un coquillage vide, une enveloppe, un corps sans conscience. Vous ne connaissez plus la vie dans laquelle vous arrivez soudain, vous cherchez quelque chose à faire mais tout vous semble vide de sens, sans intérêt.
Il y a cinq minutes vous étiez au beau milieu d'une foret luxuriante dans l'Etat de Washington, courant sous la pluie pour échapper à vos poursuivants... Alors, une fois revenu à la réalité, l'idée de réviser pour vos exams du lendemain vous laisse de marbre. La simple idée de vivre dans ce monde là semble dénuée d'intérêt.
Votre réalité fait pâle figure face à ce que votre imagination a créé.

Parce que c'est toujours mieux dans les bouquins.


4 commentaires:

Raf a dit…

La jte suis complètement, mais de manière générale, tout est plus captivant que de réviser ses partiels du lendemain...

Nine a dit…

... Tu marques un point Raf XD

EleaDeLune a dit…

Oh mon Dieu...
Comme ce billet est proche de ce que je ressens en ce moment...
Mot pour mot, ce que je suis. Une coquille vide. Après une nuit blanche à dévorer ce livre.

Parce que c'est toujours mieux dans les bouquins. +1 !

(Va savoir comment je suis tombée sur ce billet... de fil en aiguille, et de blog en blog... en tout cas, j'aime bien)

Nine a dit…

Oh, comme quoi des gens tombent sur ce blog...
Je crois que ce livre a fait forte impression à pas mal de monde.
Merci pour ton commentaire et j'espère te revoir ici de temps à autres!