dimanche 24 août 2008

Apprendre de ses erreurs


Ceci est un article d'auto-censure.

J'étais partie pour faire un article tout guimauve, encore. Mais je faisais la vaisselle et je me suis rendue compte que j'avais déjà fait la connerie une fois, avec les conséquences qu'on sait, et que j'ai déjà coupé assez de ponts pour une année.
Donc, en frottant mes assiettes et mes bols, j'ai pris conscience (enfin) de cette propension que j'ai à toujours m'attacher aux personnes les plus susceptibles de m'envoyer dans le mur. Je dois être attirée par les gens qui ne m'apprécient pas comme je les apprécie, je ne vois que ça.
Évidemment, cela n'augure rien de bon pour le reste de ma vie, mais passons.

Donc, j'apprends de mes erreurs et j'écris pour dire que je fermerai ma gueule cette fois.
Certaines personnes sont comme des animaux sauvages, on ne les séduit pas, on les apprivoise. Donc j'attendrai. Y a pas urgence de toutes manières. Et mieux vaut ça que de passer encore une fois du stade d'amitié profonde à ce néant total.
Dire qu'il ne me fait plus ni chaud ni froid maintenant..., c'est fou.

Et puis c'est bien beau de tous s'autocongratuler pour la relation incroyable qu'on entretient.

Mais regardez comme on se blesse...

3 commentaires:

Maky a dit…

C'est étrange tout de même de devoir s'auto-censurer sur l'expression de sentiments positifs, tout ça parce qu'on craint qu'ils soient mal accueillies. Pourtant ce devrait être ce genre de sentiments les plus agréables à entendre. A croire qu'aimer (au sens large du terme) et le dire, dérangent.

Nine a dit…

Je ne peux que t'approuver, Maky.

Warly Wait a dit…

Et encore parfois plus que déranger on a l'impression que ça tient du crime. Pärti comme c'est on va tous prendre perpét'.

Bah on a beau se torturer soit même à longueur de journée, l'enfer ça reste les autres hein...